Mort à la culture !

Mort à la culture !

À la fin du mois de juin 1935, à la Maison de la Mutualité à Paris, eut lieu le Congrès international des écrivains pour la défense de la culture, auquel participèrent des auteurs renommés tel que Bertolt Brecht, André Gide, André Malraux, Aragon, etc. Il s’agit d’un événement d’une grande importance et dont l’influence fut immense. On y discuta de l’état de la culture européenne de l’époque, de son avenir, de ses perspectives, entre autres dans le contexte de la montée de l’ennemi fasciste. À cette occasion, le poète surréaliste Antonin Artaud fut invité à participer aux discussions mais il déclina l’offre et se contenta de rédiger une lettre incendiaire dans laquelle il varlopa sans façons la conception de la culture que ce congrès se proposait de défendre. Il y dénonça le formalisme matérialiste de son époque qui ramenait la culture à un ensemble de biens matériels, et à un ensemble de paradigmes formels. Lire la suite « Mort à la culture ! »

Citation de la semaine: Hannah Arendt

Citation de la semaine: Hannah Arendt

La mortalité humaine vient de ce que la vie individuelle, ayant de la naissance à la mort une histoire reconnaissable, se détache de la vie biologique. Elle se distingue de tous les êtres par une course en ligne droite qui coupe, pour ainsi dire, le mouvement circulaire de la vie biologique. Voilà la mortalité: c’est se mouvoir en ligne droite dans un univers où rien ne bouge, si ce n’est en cercle.

– La condition humaine

La permanence de l’absurdité

La permanence de l’absurdité

L’esprit humain est une chose extraordinaire, sans doute la plus extraordinaires de toutes. Que serions-nous sans esprit ? Des êtres sans queue ni tête, des êtres qui ne riment à rien. Vivre n’a guère de sens en dehors de la patrie que les hommes se donnent par l’esprit, une patrie que nous appelons par un mot dont le sens se perd pourtant dans le monde d’aujourd’hui – je parle de la culture. Quoiqu’il en soit, l’esprit est bien ce par quoi nous nous extirpons de la mécanique insensée de la nature; c’est une force qui nous anime et nous pousse toujours plus loin, hors de nous. Le cours de notre vie est jonché d’une multitude de ces sauts vers l’avant que nous faisons par l’esprit. Parmi ceux-ci, je voudrais ici m’intéresser à deux de ces sauts en particulier, des plus fondamentaux dans le développement de chacun. Lire la suite « La permanence de l’absurdité »

L’aurore de la pensée

L’aurore de la pensée

J’ai récemment affirmé, en ces lieux de perdition, l’importance que devrait revêtir la rhétorique en philosophie, et cela même si l’usage de ce terme m’hérissait l’épiderme, de peur de me voir accolé l’étiquette infamante de sophiste, c’est-à-dire de charlatan philosophique. Plus précisément, j’affirmais que cette importance se justifiait de par la prééminence de la réflexion dans l’acte de philosopher, la réflexion étant principalement stimulée par le truchement de l’émotion que s’évertue à cerner la rhétorique. Or, une affirmation d’une telle gravité demande certainement de plus amples développements, ne serait-ce que pour rassurer le lecteur pris d’angoisse à l’idée que son dévoué serviteur puisse avoir perdu la tête. Que l’on respire donc un grand coup avant de bien vouloir me suivre au travers de cette nouvelle aventure au pays de l’esprit. Lire la suite « L’aurore de la pensée »

Citation de la semaine: Marc-Aurèle

Citation de la semaine: Marc-Aurèle

Qu’est-ce donc qui peut nous guider ? Une seule et unique chose: la philosophie. Et la philosophie consiste en ceci: à veiller à ce que le génie qui est en nous reste sans outrage et sans dommage, et soit au-dessus des plaisirs et des peines; à ce qu’il ne fasse rien au hasard, ni par mensonge ni par faux-semblant; à ce qu’il ne s’attache point à ce que les autres font ou ne font pas.

– Pensées pour moi-même, livre II

La terre est plate !

La terre est plate !

En maudissant la tempête de neige qui s’est abattue sur la ville hier, et qui a enseveli le trottoir que j’utilise quotidiennement pour me rendre jusqu’à l’autobus (on aura deviné que j’habite le Groenland), j’ai eu une révélation extraordinaire: la terre est plate !

C’est d’autant plus extraordinaire que je me targue pourtant de posséder une formation scientifique décente et de plus, je ne crois pas encore avoir perdu la tête. J’ai beau ressasser mes vieilles notions d’astronomie et de physique, rien n’y fait: l’évidence – ou du moins ce qui me paraît en être une – se cramponne à mon esprit. Lire la suite « La terre est plate ! »